• Accueil
  • > Recherche : nain grincheux

Sarkozy: J’ai tord et j’m'entête

15032008

grincheux.jpg

Même les aveugles auront pu le voir, les sourds l’entendre et les culs de jatte ont dit que c’était couru d’avance. Tout ça pour dire que le revirement de stratégie du nain de service, notre guignol élyséen, était pour le moins aussi spectaculaire que sa pipolisation. Voilà un être qui, dépourvu de tout complexe d’infériorité on le sait, lui qui sait dire le pire en vous faisant croire au meilleur, lui qui sait s’afficher et prendre des attitudes inadaptées à sa fonction, lui qui parle un langage complaisamment  émaillé de faux accents faubouriens, a  changé brutalement de style. On croit savoir que la cellule de campagne, d’obédience Américaine, a été remerciée pour une autre dont le style plus serait résolument franchouillard. En effet si la machine a gagner les élections qu’il avait enfourché a bien fonctionné, elle s’est avérée catastrophique par la suite dans la conduite des affaires de la République.

Car ne nous méprenons pas. Sarkozy n’a qu’une seule qualité, celle de bien s’entourer. Rien ne vient de lui, et quand c’est le cas, c’est toujours un bide. Son égocentrisme, son narcissisme, font qu’il s’entoure des meilleurs, mais qu’il ne tient pas compte de leurs avis. A ce stade du pouvoir, cela ressemble à l’attitude du petit caporal Autrichien qui s’entête à faire avancer des chars qui n’existent plus, et lancer des troupes exsangues et disparates à l’assaut d’objectifs imprenables.

Bientôt un an de cacophonie gouvernementale, et il s’obstine toujours dans une ligne de conduite inspirée par son dédain du peuple et son inaptitude à le comprendre. On n’est pas surpris d’entendre de la bouche de sa mère un démenti formel quand à ses prétendues difficultés estudiantines et ses petits boulots. « On habite quand même un 200 m2 à Neuilly dit-elle » En effet on voit mal en fait la misère s’installer là.

Pour faire court, je ne crois pas plus au nouveau style qu’à l’ancien, et les camouflets continueront à pleuvoir, car l’homme n’est pas crédible. Le dernier en date est celui de Simone Veil qui a ignoré Carla Bruni au cours d’un dîner en l’honneur de Shimon Perez. Personne ne s’en étonne dans l’entourage du président, ce qui prouve le peu de considération qu’on porte à l’Elysée aux interprétations de l’étiquette.

Pour finir cette Bérésina et gaffer une ultime fois, le président s’implique dans les funérailles nationales de notre dernier poilu, alors qu’il disait encore il y a peu de temps « Je ne suis pas un homme du passé. Je n’ai pas connu la guerre de 39 ni celle d’Algérie, même pas mai 68 ». Opportunisme électoral diront certains. Lazare Ponticelli se retournera dans sa tombe et tournera le dos à ceux qui aujourd’hui passent outre sa volonté de discrétion. Il faut dire qu’il aura connu pendant les 110 ans de son existence beaucoup d’injustices et beaucoup de trahisons.







MY SECRETS |
melimelo |
francesondage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mascara
| ARBIA
| hors-micro