Borloo le godillot retropédaleur

4062010

borloo2

Comme le fou qui à vélo veut faire demi-tour et retourne la selle, le gouvernement pédale à l’envers dans l’espoir de reculer.
Rappelons les faits :
Début avril après le passage de la tempête, le gouvernement annonce la destruction de 1510 maisons et prononce pour la première fois l’expression « zone noire » on ne fait pas dans la délicatesse chez les godillots de Sarko.
Trois semaines plus tôt, le petit nerveux rendu sur les « lieux du drame » tient le discours suivant : « dans les zones exposées au plus fort risque, nous n’avons pas le droit de laisser nos concitoyens se réinstaller comme si de rien n’était. »
Là on pense que le gouvernement va prendre des mesures pour éviter que l’eau ne réinvestisse les lieux, comme on le fait en Hollande dans le Zuiderzee, ou en Italie dans la plaine du Pô. Que nenni nous on détruit, on rase on éparpille façon puzzle.
Quelque temps plus tard sous la pression médiatique Borloo déclare au saut du lit (à voir sa tronche ce jour-là on pourrait le croire) « il y a un malentendu, les zones évoquées c’est des zones de solidarité, c’est des zones de rachat, c’est pas des zones de destruction massive »
Destruction massive ? J’ai déjà entendu cette expression dans la bouche de Bush qui mentait comme il respirait. Borloo nous ferait-il une crise d’identification mimétique ?
Bref, on ne parle plus de « zone noire » on retourne la selle du vélo et on rentre à la maison.
Puis récemment, le 2 juin sur France 3 Marie Olivia Rocca présidente d’une association de sinistrés est interviewée par Pujadas :
Question : vous avez entendu le reportage aucune maison ne sera rasée sous la contrainte. C’est une satisfaction pour vous ?
Réponse : Non ce n’est pas une satisfaction puisqu’il s’agit d’un simple rappel de la loi : en effet dans notre pays qui est une démocratie et non pas une dictature, aucune maison ne peut être rasée. Il y a besoin d’une enquête d’utilité publique, puis une déclaration d’utilité publique et enfin une procédure d’expropriation
Pour nous il n’y a rien de nouveau, l’état se range simplement du côté de la loi
Il s’agit simplement d’une précision, si les procédures d’expropriation ont lieu les gens devront partir.
J’ai envie de croire que tout ce que nous avons fait n’a pas servi à rien, mais l’état ne devrait pas avoir besoin de mobiliser les gens pour respecter la loi.

Merci madame Marie Olivia Rocca, vous ramenez l’affaire à son juste niveau, celui d’une escroquerie ratée et d’une prise illégale d’intérêts étouffée dans l’œuf.
Reste à présent à surveiller l’hydre gouvernementale et surtout Bouygues dont l’action est passée de 33€ le 2 mars à 41€ le 15 avril.
Depuis le rétropédalage de son premier client, l’état, l’action Bouygues est retombée à mois de 32€ et même si elle fait encore l’objet d’une petite activité on ne peut pas ignorer les relations de cause à effet entre le gouvernement et la finance.




Véhicules incendiés: Hortefeux hors de cause!

2012010

carteemeutes21.jpg

Alors que la droite et la gauche se déchirent à propos des statistiques sur les véhicules incendiés pendant la nuit du jour de l’an il semble nécessaire de ramener les choses à leur juste place. 

Côté statistiques on leur fait dire ce que l’on veut et de mon côté en toute mauvaise foi j’analyse la situation de la manière suivante. 

Il y a 37.000.000 de véhicules qui circulent en France. 10% des véhicules soit 3.700.000 sont renouvelés chaque année. 1137 sont incendiés le jour de l’an. (Source Le Monde) soit 0,003 % du parc automobile ou encore 1 véhicule pour 3254 en circulation. C’est le chiffre approximatif des véhicules détruits en crash test, et aussi celui des voitures jetées au rebut pour malfaçon. Il faut compter sur les 1137 véhicules incendiés la part de l’accident pur et simple (environ 60 sur l’ensemble du territoire) ceux qui sont incendiés volontairement par leur propriétaire en vue de toucher l’assurance « attentats », environ 300) ceux qui sont incendiés par les forces de l’ordre pour créer le désordre, (chiffre tenu secret) et enfin les véhicules incendiés volontairement par la racaille qu’on n’a pas eu le temps de nettoyer au karcher. 

Dormez en paix citoyens, votre voiture a peu de chance de figurer dans le palmarès surtout si vous habitez dans une commune de moins de 6000 habitants, ou statistiquement parlant il n’y aura jamais de voiture incendiée. 

Tous ces chiffres sont bien entendu faux ou approximatifs simplement pour démontrer que ceux donnés par le ministère de l’Intérieur le sont également puisqu’ils reposent sur un faisceau de déclarations données par la police et donc sujettes à caution. 

Et si la police mettait le feu dans les quartiers dits sensibles pour éviter à l’État de payer la prime à la casse ? 

Trêve de balivernes, comme la droite et la gauche n’ont vraiment rien à se mettre sous la dent, les deux partis ennemis dans l’hémicycle et copains dans la vie se déchirent à belles dents à propos du chiffre de dix voitures de plus ou de moins par rapport à l’année passée. 

Pour parodier Audiard, « les ministres incompétents ne savent pas qu’ils sont incompétents et c’est à ça qu’on les reconnaît » 




Prime de Noël : Achetez vos jouets en janvier !

21122009

rayon.jpg

Rayons jouets pour bénéficiaires de la prime de Noël 

Cette année, la prime de Noël destinée aux ménages les plus démunis sera versée aux intéressés le 22 décembre. L’année dernière elle avait été versée le 22 novembre pour « compenser les effets de la crise », disait-on alors. Cela laissait le temps aux parents bénéficiaires d’acheter les jouets de leurs bambins en toute quiétude et d’éviter la ruée de dernière minute.  La crise est toujours là, mais on retarde le plus possible le versement de cette aumône, ce qui compte tenu des délais bancaires mettra la somme à disposition des ménages le 23 ou le 24 décembre. 

Les mamans pourront donc acheter leurs jouets dans des magasins dévalisés et il y a fort à parier que les enfants n’auront au pied du sapin que les rogatons oubliés par les plus aisés.  On reconnaît bien en cela le sens de l’équité de notre gouvernement. Favoriser les riches et laisser les miettes aux pauvres. Cela s’applique à tous les domaines et on ne tardera pas à voir la soupe populaire ouvrir de minuit à une heure du matin et uniquement les 32 du mois. 

Cette année le père Noël aura double tâche ; il devra passer à Neuilly le 24 décembre et à Sarcelles le 15 janvier.  Le triste sire de l’Élysée n’est pas concerné par cette mesure, il a invité une poignée de gosses pour sacrifier à la coutume et surtout pour se donner bonne conscience je suppose. 







MY SECRETS |
melimelo |
francesondage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mascara
| ARBIA
| hors-micro