Les deux mamelles de la France

8052012

Les deux mamelles de la France dans humour les-mamelles-de-la-france2-300x224

Lorsque j’étais enfant, mes instituteurs évoquaient souvent les grands moments de notre histoire en s’appuyant sur des faits ou des paroles célèbres dans le but de marquer nos esprits et d’y laisser une trace qu’ils espéraient indélébile.

C’est ainsi que j’ai gardé de Sully, le respectable ministre de Henri IV, la fameuse citation : « labourages et pâturages sont les deux mamelles de la France » .

Dans mon cerveau tout neuf, je me représentais les mamelles en question comme les pis d’une vache hilare qui ressemblait à l’étiquette d’un fromage bien connu encore. Quant à La poule au pot elle était trempée vivante et encore en plumes dans une grande lessiveuse qui était à ma connaissance le seul récipient pouvant convenir à une telle opération.

C’est aussi le maréchal Ney qui disait au moment d’être fusillé : «  visez le cœur, épargnez le visage » tout en indiquant avec la main droite là où il fallait viser !

De ces souvenirs jaunis, j’ai aussi conservé l’image qui illustrait la fameuse chanson révolutionnaire dont on ne connaît que le septième refrain :

Ah ! ça ira, ça ira, ça ira !

Les aristocrates à la lanterne.

Ah ! ça ira, ça ira, ça ira !

Les aristocrates on les pendra.

Je me demandais comment on pouvait faire pour pendre quelqu’un à une lanterne et pourquoi ça irait mieux après. Je ne retenais que les visages déformés de haine que l’illustrateur de mon livre d’histoire s’était plu à caricaturer. J’avais aussi retenu que les protagonistes  étaient coiffés d’un bonnet dont je ne connaissais pas encore la symbolique, mais qui était orné d’une cocarde tricolore.

Tout cela était encore intact dans ma mémoire, jusqu’au 6 mai 2012 où la harpie au bonnet phrygien s’est matérialisée le soir du grand rassemblement socialiste de la place de la bastille. La haine avait cédé la place à la joie, le bonnet était toujours là, mais repoussé en arrière, comme on fait quand on est content du travail accompli. Quant aux mamelles de la France, allez vous dire ?

Et bien je vous laisse juge, mais pour ma part j’ai définitivement abandonné l’image de la vache qui rit

 

 

 

 

 

 

 




Véhicules incendiés: Hortefeux hors de cause!

2012010

carteemeutes21.jpg

Alors que la droite et la gauche se déchirent à propos des statistiques sur les véhicules incendiés pendant la nuit du jour de l’an il semble nécessaire de ramener les choses à leur juste place. 

Côté statistiques on leur fait dire ce que l’on veut et de mon côté en toute mauvaise foi j’analyse la situation de la manière suivante. 

Il y a 37.000.000 de véhicules qui circulent en France. 10% des véhicules soit 3.700.000 sont renouvelés chaque année. 1137 sont incendiés le jour de l’an. (Source Le Monde) soit 0,003 % du parc automobile ou encore 1 véhicule pour 3254 en circulation. C’est le chiffre approximatif des véhicules détruits en crash test, et aussi celui des voitures jetées au rebut pour malfaçon. Il faut compter sur les 1137 véhicules incendiés la part de l’accident pur et simple (environ 60 sur l’ensemble du territoire) ceux qui sont incendiés volontairement par leur propriétaire en vue de toucher l’assurance « attentats », environ 300) ceux qui sont incendiés par les forces de l’ordre pour créer le désordre, (chiffre tenu secret) et enfin les véhicules incendiés volontairement par la racaille qu’on n’a pas eu le temps de nettoyer au karcher. 

Dormez en paix citoyens, votre voiture a peu de chance de figurer dans le palmarès surtout si vous habitez dans une commune de moins de 6000 habitants, ou statistiquement parlant il n’y aura jamais de voiture incendiée. 

Tous ces chiffres sont bien entendu faux ou approximatifs simplement pour démontrer que ceux donnés par le ministère de l’Intérieur le sont également puisqu’ils reposent sur un faisceau de déclarations données par la police et donc sujettes à caution. 

Et si la police mettait le feu dans les quartiers dits sensibles pour éviter à l’État de payer la prime à la casse ? 

Trêve de balivernes, comme la droite et la gauche n’ont vraiment rien à se mettre sous la dent, les deux partis ennemis dans l’hémicycle et copains dans la vie se déchirent à belles dents à propos du chiffre de dix voitures de plus ou de moins par rapport à l’année passée. 

Pour parodier Audiard, « les ministres incompétents ne savent pas qu’ils sont incompétents et c’est à ça qu’on les reconnaît » 




Le pouvoir des cancres ou les cancres au pouvoir

1092009

declosets.jpgdarcos.jpgchatel.jpg

Luc Chatel est ministre de l’éducation nationale. Il succède en cela à Xavier Darcos.

Deux cancres patentés pour une fonction qui demande on le comprend un certain niveau, ne serait-ce que le certificat d’études primaires.

L’un sort de Paris 1 Panthéon Sorbonne, et l’autre est professeur et agrégé de lettres classiques.

L’un voit son dossier de presse du 31 août truffé de fautes d’orthographe, l’autre, on le sait ne sait pas faire une règle de trois.

Rajoutons que François de Closet solidaire des cancres du gouvernement affiche haut et fort son inimitié pour l’orthographe et les subtilités de la langue Française.Il faut dire que dans sa partie la maitrise de la langue de Molière ne lui est pas indispensable, et gageons que son premier succès littéraire « le bonheur en plus » datant de 1973 a été écrit par un nègre. (Pardon, par un esclave littéraire de couleur). Le bonheur en plus et la syntaxe en moins aurait été plus judicieux.

Je monte donc une fois encore au créneau pour la défense de notre belle et incomparable langue française et pour battre en brèche les fomenteurs de réformes qui souhaitent donner aux analphabètes un statut équivalent à nos meilleurs linguistes. Il s’agit d’un nivellement par le bas, et d’un maintien dans l’ignorance, comme le souhaite notre bon gouvernement. Le sabir des banlieues et l’écriture essemesque est un ghetto où l’on s’enferme volontiers par manque d’intérêt et en pariant sur un avenir décadent.

Ce que j’en retiens c’est l’incapacité de nos ministres à valoriser le langage comme le moyen le plus sûr d’être compris de et par nos semblables et de communiquer autrement que par des onomatopées.

Il faut ajouter que depuis les années 60 la dérive des sigles a considérablement donné raison aux fainéants de la parole et de l’écriture. François de Closets avait 27 ans et il aurait pu écrire que le P.D.G de la S.A.R.L a nommé un nouveau D.R.H à la filiale de l’I.N.S.E.E qui aura en charge le Marketing de la D.G.C.C.R.F.

Quand les mots ne sont pas exacts, les jugements ne sont pas clairs, disait Confucius. 

Qu’aurait-il dit en lisant le commentaire d’un blogueur( !)  sur l’incompétence de Luc Chatel : 

cé pa bien graff’, sa arive a tou le monde de fair dé faute. Fau pas en fair un drame .Rira bien ki rirra le derniér… 

Tout un programme !







MY SECRETS |
melimelo |
francesondage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mascara
| ARBIA
| hors-micro