Magouilles et carambouilles

25032014

téléchargement

Voilà revenu le temps des magouilles.

C’est au printemps que les magouilles fleurissent le mieux, alors chacun y va de sa combine, de son passe-droit, de son impunité, de sa protection, de son immunité, j’en passe et de plus belles, pour se frayer un chemin vers le pouvoir, le siège tant convoité. On écrase, on trahit, on dit le contraire de ce qu’on a dit la veille, on se parjure, on se fracture au lieu de se rassembler, on dénigre, on brûle ce que l’on a adoré et l’on adore ce qu’on a brûlé. Ca s’appelle de la politique.

Les Français ne sont pas dupes. Ils sont quelques fois longs à la détente c’est tout. Mais quand ils se décident alors ils vont jusqu’au bout. Conscients qu’aucun parti n’est en mesure de redresser la situation, (leur situation disons), ils ne voient plus rose, mais rouge.

Pas le rouge du kremlin ils ont déjà essayé, mais le rouge de la honte quand par un pur hasard ils se penchent sur la presse étrangère qui brocarde allègrement nos méthodes électorales issues directement des querelles de clocher de Gabriel Chevalier.

Coluche, lui, disait « Lorsque les bandits sont au pouvoir, la place de l’homme honnête est en prison »

C’est le temps des magouilles

Et toutes les casseroles

Qui me pendouillent

N’entachent en rien mon rôle




La France défigurée

24032014

Vanneste21.5.13-448x293

Voila, les jeux sont faits. Les résultats sont indiscutables. Tous ceux qui vont polémiquer sur le pourquoi ou le comment de la défaite (ou de la victoire) de leur camp sont hors jeu et passibles d’un carton rouge. Parce que c’était prévu, annoncé, décrit avec certitude. La France est ingouvernable en dehors d’hommes forts et pétris de certitudes. Hommes capables de résister aux pressions, aux rancunes, à la servilité de leurs plus proches.
Il fallait un homme seul, en un mot.
Quel dommage d’assister à ce dépeçage en règle de notre bonne vieille république. Il ne faut pas aller loin pour trouver ceux qui tiennent le couteau. Ce sont les mêmes qui s’en serviront pour effacer leur propre honte, leur trahison, leurs mensonges, leurs magouilles, dans le respect des institutions dont ils ont trouvé tous les moyens pour la contourner à leur avantage. La liste est longue et n’épargne personne et nous nous en accommodons.
Mais ce qui est plus grave à mon sens, c’est le sentiment de ces hommes trahis, qui se sont engagés et qui ont consacré leur temps et leurs forces au profit d’un idéal qu’ils croyaient être le leur et qui ont porté au sommet des personnages dont le seul but est leur intérêt, qu’ils sont prêts à trahir pour un lambeau de pouvoir. Il s’agit de convictions profondes que mes compatriotes défendent farouchement, qu’ils voient foulées aux pieds, détruites par ceux, qui sous prétexte d’alliances incertaines et discutables, défendent un siège rémunérateur, prestigieux, et bardé de privilèges.
Les pauvres gens que nous sommes admirent le faste et l’or. La différence avec les nantis c’est que nous admirons ce qu’ils ont, et qu’eux sont las d’en profiter.
Merci à tous, messieurs les politiques, voilà une leçon que les Français retiendront dans leur sagesse paysanne. La révolution n’est jamais qu’un tour complet qui ramène au point de départ. Ce qu’il faut aujourd’hui c’est une révolte…. Ca ça fait peur, car c’est incontrôlable même par le grand frère. A bon entendeur salut.







MY SECRETS |
melimelo |
francesondage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mascara
| ARBIA
| hors-micro