Les larmes du crocodile Panafieu.

21032008

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

   

On est loin des déclarations sulfureuses et homophobes dela candidate UMPavant le premier tour des municipales. Il faut dire qu’elle retombe de hautla Panafieu. Cedevait être dans la poche, soutenue qu’elle était par l’Union pour la Minorité présidentielle, opposée à un « tocard », les portes de Paris s’ouvraient grandes et les clefs étaient déjà dans sa poche. Oui, mais son arrogance, et son incompétence doublée d’une analyse désastreuse du peuple de Paris, frondeur en diable, et toujours prêt à guillotiner pour un oui pour un non, font que la déculottée est sévère et justifiée.

Non madame, tous les Parisiens ne roulent pas en Mercédès, n’habitent pas un200 m2à Neuilly, ne font pas leurs courses chez Fauchon, et ne s’habillent pas chez Dior. Leur quotidien est plus morose, et le métro-boulot-dodo, ne se compare pas à vos standards en matière de transport, de loisirs, et de présence médiatique. Ce qu’il vous manque le plus en dehors de tout, c’est une bonne dose d’humilité, et toutes vos déclarations de campagne puaient l’arrogance et le mépris. Et les Parisiens ne s’y sont pas trompés, sauf peut-être ce bastion west-side ou toutes les petites cuillères sont en argent et le sucre de canne.

Quant à vos larmes, elles ressemblent à s’y méprendre à celles des pleureuses, ou des comédiennes à qui on faisait respirer un oignon avant une scène de rupture. Personne ne vous croit, parce que vous n’avez jamais été crédible, et vous êtes aussi pitoyable dans votre détresse que dans vos justifications à propos de vos écarts de langage. Ce que vous pleurez c’est votre défaite personnelle, pas celle des idées que vous défendiez, ou la bannière que vous représentiez.

Allez prendre le thé chez Crillon et discutez de lifting avec vos copines, les larmes ça n’arrange pas les rides.

 

 




Paris Saint Germain lave plus blanc.

16032008

psgperdu.jpg

Ce dimanche 16 mars 2008 n’échappe en rien à l’abrutissement des téléspectateurs de France télévision. Si hier nous avons pu savourer une véritable épreuve sportive, où les protagonistes disputaient avec beaucoup de virilité le conquête d’un ballon, et bien il s’agissait de ballon ovale, et donc de rugby. Cette rencontre qui comptait pour le tournoi des six nations, et qui opposait l’équipe Galloise à l’équipe France, prenait un aspect de finale tant les deux équipes avaient gros à jouer. En effet dans le cas d’une victoire de la France, les Gallois étaient privés de Grand Chelem, et dans le cas d’une victoire de la France avec plus de 20 points d’écart, les Français remportaient le tournoi. La logique fut respectée, le match fut superbe, les Français perdaient avec les honneurs, et la fête de l’ovale pouvait se dérouler sans heurts et sans haine. Un plaisir de voir ces tribunes frissonner et chanter tour à tour, ce respect des supporters, et surtout le fair play qui est un mot inconnu en matière de foot ball.

Mais venons en au fait, celui du traitement de l’information sportive par notre chère France Télévision. Que ce soit sur France 3 ou France 2 la recette est la même. On parlera de la première épreuve de formule 1, d’une vague épreuve de ski, et enfin le sommet, le match nul de Paris Saint Germain. Exit la victoire de Lyon 3 à 0, celle de Lille 5 à 0, sans intérêt. Non l’événement c’est le nul de Paris Saint Germain qui se morfond au 17 rang, qui a le plus gros budget de la ligue 1, les supporters les plus dégradants, le président le plus maffiomane et enfin des résultats dont ne voudrait même pas certains clubs de troisième division. Mais aussi pas un mot sur la belle prestation de l’équipe de France de Rugby, qui a su tenir tête à une équipe plus forte et mieux organisée qui manifestement méritait de remporter le tournoi. Non il semblait à ce jour que le nombril de l’information sportive devait passer par les incompétences et les inaptitudes de ce club parisien dont je vomis l’arrogance et l’incapacité. (Pour faire bonne mesure, étant né à Paris, je cache de plus en plus mes origines pour éviter l’amalgame avec les forcenés du parc.)

Mais que dire de Valenciennes, qui a aussi fait le même match nul contre le PSG, et devrait avoir droit au même temps d’antenne dans un CSA impartial et non inféodé. Il faut dire qu’à Valenciennes on est loin des couloirs parisiens de la télé et des magouilles qui y fermentent.




Sarkozy: J’ai tord et j’m'entête

15032008

grincheux.jpg

Même les aveugles auront pu le voir, les sourds l’entendre et les culs de jatte ont dit que c’était couru d’avance. Tout ça pour dire que le revirement de stratégie du nain de service, notre guignol élyséen, était pour le moins aussi spectaculaire que sa pipolisation. Voilà un être qui, dépourvu de tout complexe d’infériorité on le sait, lui qui sait dire le pire en vous faisant croire au meilleur, lui qui sait s’afficher et prendre des attitudes inadaptées à sa fonction, lui qui parle un langage complaisamment  émaillé de faux accents faubouriens, a  changé brutalement de style. On croit savoir que la cellule de campagne, d’obédience Américaine, a été remerciée pour une autre dont le style plus serait résolument franchouillard. En effet si la machine a gagner les élections qu’il avait enfourché a bien fonctionné, elle s’est avérée catastrophique par la suite dans la conduite des affaires de la République.

Car ne nous méprenons pas. Sarkozy n’a qu’une seule qualité, celle de bien s’entourer. Rien ne vient de lui, et quand c’est le cas, c’est toujours un bide. Son égocentrisme, son narcissisme, font qu’il s’entoure des meilleurs, mais qu’il ne tient pas compte de leurs avis. A ce stade du pouvoir, cela ressemble à l’attitude du petit caporal Autrichien qui s’entête à faire avancer des chars qui n’existent plus, et lancer des troupes exsangues et disparates à l’assaut d’objectifs imprenables.

Bientôt un an de cacophonie gouvernementale, et il s’obstine toujours dans une ligne de conduite inspirée par son dédain du peuple et son inaptitude à le comprendre. On n’est pas surpris d’entendre de la bouche de sa mère un démenti formel quand à ses prétendues difficultés estudiantines et ses petits boulots. « On habite quand même un 200 m2 à Neuilly dit-elle » En effet on voit mal en fait la misère s’installer là.

Pour faire court, je ne crois pas plus au nouveau style qu’à l’ancien, et les camouflets continueront à pleuvoir, car l’homme n’est pas crédible. Le dernier en date est celui de Simone Veil qui a ignoré Carla Bruni au cours d’un dîner en l’honneur de Shimon Perez. Personne ne s’en étonne dans l’entourage du président, ce qui prouve le peu de considération qu’on porte à l’Elysée aux interprétations de l’étiquette.

Pour finir cette Bérésina et gaffer une ultime fois, le président s’implique dans les funérailles nationales de notre dernier poilu, alors qu’il disait encore il y a peu de temps « Je ne suis pas un homme du passé. Je n’ai pas connu la guerre de 39 ni celle d’Algérie, même pas mai 68 ». Opportunisme électoral diront certains. Lazare Ponticelli se retournera dans sa tombe et tournera le dos à ceux qui aujourd’hui passent outre sa volonté de discrétion. Il faut dire qu’il aura connu pendant les 110 ans de son existence beaucoup d’injustices et beaucoup de trahisons.







MY SECRETS |
melimelo |
francesondage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mascara
| ARBIA
| hors-micro